Live report

Diff'Art + Barcella

Parthenay 2010/06/04

Je pense être allé deux fois dans ma vie à Parthenay, dont une fois pour apprendre à faire du vélo, ce qui fut d'ailleurs un succès. L'autre fois c'était pour manger des carottes râpées Martinet sur un parking de supermarché avec François-Pierre il n'y a pas si longtemps, lorsque nous étions en direction de Nantes. J'ai toujours entendu parler de Diff'Art, c'est pourtant la première fois que j'y mets les pieds.  Il faut savoir que le point fort de Parhenay, la raison pour laquelle cette ville peut être connue, c'est son immense marché aux bestiaux... Etrange endroit n'est il pas? Diff'Art est situé quelque part au milieu de ce marché, dans une sorte de zone désaffectée un peu fantomatique. Autour on y voit des centaines de personnes jouer aux boules, sport, comme vous pourrez le lire plus loin, qui semble monopoliser l'attention de certains par ici... Chouette salle en tout cas, personnel très sympa et très "relax" dirons nous. Fuck, j'ai presque l'impression de parler comme un petit snobinard parisien, ou comme un inspecteur du travail...

Ce soir la salle est en formule cabaret avec des tables installées un peu partout dans la salle. Quatre vingt personnes se sont déplacées, un public plutôt familial, assez déterminé à assister au concert pour ne pas céder à l'appel des terrasses et autres soirées barbecue qui en ce temps estival pourrait être fort tentent... 

 

Parlons un peu technique. Notre set peut être difficile à gérer pour un ingénieur du son qui ne nous connais pas dans le sens où nous changeons souvent d'instruments. Il faut donc être aux aguets pour couper, "muter" les instruments que l'on utilise pas, et les remettre dans la façade lorsqu'on les reprends... Quand l'ingé son ne nous connais pas, je lui prépare une setlist en indiquant tous ces détails afin de lui faciliter la tâche.  L'ingé son de ce soir ne nous connais pas, je lui prépare donc un joli papier. Lorsque je lui tends, il me dit ne pas aimer les setlists et préfère travailler "de visu"...ok... La magie de l'instinct,  let's see what happens....

Au moment de monter sur scène vers 21h, je le cherche partout pour lui dire qu'on est prêts. David, le programmateur m'informe alors qu'il faudra commencer à 21h30 car le sonorisateur est "parti jouer aux boulles". J'ai comme l'impression que certains ne sont pas vraiment là où ils auraient rêvé d'être ce soir, non? Ok! Pas de problème on est pas pressé!  Vous voyez ce que je veux dire quand je vous dis  que ce n'est pas le gros stress? héhé!

Anyways!!! On a passé un très bon moment sur scène, et à ma grande surprise notre ingé son de ce soir semble avoir fait du très bon boulot. Sur scène le son est très bon, aucun problème apparent. On est tous les trois contents de notre prestation. On sent que les gens ici n'ont pas l'habitude de ce genre de musique, ce qui ne les empêchera pas d'apprécier. Un petit coup d'oeil à Barcella qui pratique une chanson française un peu passe partout, qui je l'avoue est loin de nous convaincre ... Ca n'a pas l'air d'être le cas pour la majorité du public, tant mieux pour lui.


La Cartonnerie + Coeur de pirate

Reims 2010-05-28

La Cartonnerie est sans doute une des plus belle salles de musiques actuelles de France;  Une grande salle de 1200 places, un club de 400 places, des locaux de répétitions, des stocks de champagne titanesques, j'en passe et des meilleures.Il se trouve qu'en plus de ça Rodolphe le programmateur, est un type adorable, ultra cultivé musicalement, qui ne se laisse pas corrompre par les énormes daubes qu'on tente de lui imposer, et ne cède pas à la pression des gros tourneurs qui pensent parfois que tout leur est du. On est proche de l'idylle là non?

Mez notre ingé son préféré nous accompagne aujourd'hui, on arrive un peu en avance, on en profite pour rallonger notre temps de balance. Ce qui s'avérera ne pas être du luxe compte tenu de la mauvaise humeur de mon sampler qui aujourd'hui a décidé d'ignorer totalement ma voix...Ok, un peu de pression mais ça va le faire. Il nous reste une heure pour faire une session photo éclair, se restaurer au catering magique, et décompresser un peu avant le grand saut.

20H30, lights out, je monte sur scène devant une cartonnerie complète. Dès le second morceau François-Pierre et Yohan me rejoignent pour 40 minutes d'adrénaline. Les 1200 kids présents ce soir répondent plutôt bien à notre set pourtant un peu plus obscure et complexe que celui du groupe qu'ils sont venu voir ce soir: Coeur de Pirate.

On arrive à faire chanter une bonne partie de la salle sur Black Lemonade, la bataille est gagnée pour nous!  Je file au stand de disques en sortie de scène tout en jetant un oeil de temps en temps à quelques morceaux de Coeur de Pirate. J'avoue ne pas du tout être familier à leur musique, mais pour le peu que j'ai pu entendre, je pense que les kids ont beaucoup plus à en tirer que ce que peut leur proposer des ignoblités mainstream comme la Starac'. On sent derrière une culture pop rock à laquelle les kids pourront avoir accès s'ils fouillent dans les influences de leur groupe fétiche.

En tout cas tout est plutôt calme au stand jusqu'à ce que le concert de Coeur de Pirate se termine. Et là, en moins de 10 minutes je me retrouve assailli par je ne sais combien de gamins qui me tendent leur ticket pour que je leur signe un autographe! Alright guys! C'est parti pour une bonne demi heure de dédicaces et de photos.  Yohan se fait approcher par trois jeunes filles persuadées de voir en lui un certain "Denis" de je ne sais quelle série... Elles tentent désespérément de récupérer son , je cite, "06" ,mais Yo ne cédera pas bien sûr.La pédophilie est sévèrement punie en France. Funny fuNNy fUnnY times.... Quelques bouteilles de champagne plus tard on s'écroule à l'hôtel avec le sourire espiègle de joyeux polissons.


La pléiade

La Riche 2010-05-18

Concert de soutien http://www.fdh.org/

 


Scopitone

Paris 2010-04-27

 

Un peu étrange de se retrouver en solo après toutes ces dates avec mes camarades... Solo shows are nice though...  Scopitone = warm sound + nice atmosphere. See you later aligator....


Le cylindre

Larnod 2010/04/24

Cette nuit fut encore assez courte.. En tournée, on vit, on ne dors pas messieurs dames. Direction Larnod, petite bourgade située juste à coté de Besançon où est situé le cylindre, la salle de musique actuelle du coin. Cet été le cylindre sera détruit pour laisser place à une nouvelle salle située dans le centre de Besançon. On arrive enfin au cylindre après 5 heures de route, avec tout de même une heure de retard. Balances express (original n'est ce pas?) puis direction le catering. On rencontre Antonin, le régisseur très sympathique, pas ennemi de la joie et en même temps très professionnel. La soirée est organisée par Bob de Sensation Rock pour fêter les 12 ans de cette radio indépendante de la région de Besançon. Ce soir on partage l'affiche avec My Ladys house groupe folk rock avec qui on avait déjà joué lors de notre venue aux Passagers de Zinc il y a quelques temps. Présent aussi ce soir le groupe Moss tout droit venu de Hollande, la plus belle découverte musicale de la tournée. Trois guitaristes dont un chanteur, un batteur, un bassiste et un claviériste se complètent et arrivent chacun à trouver un rôle bien défini pour servir la musique sans rentrer dans la surenchère. Dans le style je dirais qu'on est quelque part entre Cold war kids et Arcade Fire, avec ceci dit beaucoup de personnalité. A noter à leur sujet une remarque que me glissera un type du publique: "J'suis pas raciste, mais franchement les hollandais pour moi ça ressemble à rien, mais là dis donc chapeau!" yeah!!!!!!!!! Southern Redneck style, à la Toulonnaise...

Environ 150 personnes sont là ce soir. Vu la fatigue que l'on se traîne, notre show est à fleur de peau, basé sur l'énergie plus que sur le détail. Les gens ont aimé et nous aussi! Après quelques verres, direction l'hôtel où les mecs de Moss et nous sommes logés. Les Hollandais trouvent leurs clefs, Les nôtres sont sensées être sur le comptoir de l'hôtel, seulement rien de visible mis à part une clef destinée à un certain M. Morel. Ok, pas de panique, on va finir la soirée avec Moss dans leur chambre, accompagnés d'une bonne bouteille de whisky. Quelques heures plus tard, retour à l'accueil et toujours pas de clef...Sauf celle ne notre fameux M. Morel. Donc là il est 4H30 du matin il faut prendre une décision. Et hop, elle est prise. On prend la clef qui ouvre une chambre dans laquelle se trouve un lit deux places. Un petit toc toc chez les hollandais qui nous refilent un lit de camp qu'on arrive à caser à côté du lit deux places...Le tour est joué!!! C'est cool on va se tenir chaud à trois dans 5 m2.

Le lendemain le patron de l'hôtel avoue nous avoir quelque peu oublié. Don't worry about this man, it's all good! Let's be a team until the end!!!



France Culture

Paris 2010-04-23

Une poignée d' heures plus tard on se réveille chez mon oncle à Andilly pour un petit déj façon Ricoré dans le jardin. On file ensuite à la maison de la radio pour l'enregistrement de trois titres "

Red handed", "Black lemonade " et "Walk and reveal" pour l'émission 'Radio libre" sur France Culture présentée par Ali Badou.

On découvre un endroit vraiment magique. Le studio 119 dans lequel nous enregistrons est un des nombreux studios qui composent la maison de la radio. Le silence y est rempli d'histoire. On est vraiment impressionné par l'âme qui se dégage de ces murs. A notre disposition un piano Steinway demi queue qui sonne, comment dire...divinement bien? L'enregistrement est vraiment bon, les trois titres seront diffusés dans l'émission du 15 mai entre 17h30 et 19h avec en invité Gilles Jacob, président du festival de Cannes 2010.


Espace B

Paris 2010-04-22

Quelques heures de sommeil plus tard, nous voici en route pour Paris au buttes Chaumont où nous avons rendez vous avec Rob du Hiboo. Le Hiboo est un blog dans la lignée de la blogothèque. Le concept étant de filmer des groupes en acoustique dans des lieux insolites. Rob a eu l'idée de nous filmer sur un spot magnifique du parc, le soleil est radieux, les conditions sont idéales pour filmer. Seul petit hic, la meute de quinze chiens accompagnés de leur vieilles qui forment une chorale pas forcément adaptée à la musique. Après une demi heure d'attente et de négociations on finit par tourner rapidos une version de Red Handed et de Black Lemonade, avec le violoncelle et un kit minimal de batterie. Ma voix n'est pas spécialement réveillée et les quelques heures de sommeil ne suffisent pas pour que mes cordes vocales soient au top mais bon, who gives a fuck ???... A la fin des prises Rod se rend compte que mon micro cravate n'a pas fonctionné... Ce qui nous donne au final un mix un peu à l'arrache, mais le cadre est idyllique et Rod a vraiment une touche particulière dans la réalisation. Jetez donc un oeil dans la section "Media"... Aujourd'hui nous étions sensé jouer à la flèche d'or, mais j'ai appris une semaine auparavant en demandant l'horaire des balances que le concert était annulé...La nouvelle classe parisienne dans toute sa splendeur, on annule sans prévenir les groupes, et tout ça sans raison. J'attends toujours le mail d'explications du programmateur...Une belle leçon de professionnalisme, bravo les champions. Quoi qu'il en soit, on a pu se greffer à un plateau à l'Espace B en remplacement de la flèche d'or, ce qui dirons nous est toujours (presque?) mieux que rien. Rendez vous à 18h pour les balances, nous sommes censés monter sur scène à 20h45. Au final nous entamerons les balances à 21h héhé, j'en passe et des meilleures, pas envie de raconter toute cette merde... Balances faites sur le pouce dirons nous, on commence à être habitué... Heureusement, une fois encore on est surpris par l'engouement du publique, on se dit que ce line up en trio parle vraiment au gens, ce qui fait plaisir. Il est maintenant grand temps d'aller décompresser au resto de mon oncle "La part des anges" à Montmartre (rue Garreau)...



Fnac / Black Hawk

Tours 2010-04-21

Ca commence par un showcase à la Fnac à 17h30. Bonne ambiance, les gens sont relax est nous aussi (pour l'instant). J'en profite pour filmer un peu les gens pendant qu'on joue, l'échange est parfait...

C'est ensuite que les choses se corsent...

Rien de plus facile que de booker une date au Black Hawk, dans la mesure où il faut tout faire; Le son, la bouffe, les entrées, la promo etc... Je connaissais bien sur le deal à l'avance, mais j'avais mal évalué les complications qui en découleraient dans les circonstances d'un tournée ... Surtout avec à disposition une sono qui ne marche qu'à moitié. Ca passe lorsqu'il n'y a qu'un chant à bancher et quand le reste est déjà sonorisé par des amplis, ce qui est loin d'être notre cas. Violoncelle en direct dans la sono, même chose pour la guitare, pour les trois chants, pour la basse, et le clavier... Sans compter le glockenspiel et le métallophone que l'on essaiera même pas de sonoriser.Troubles, troubles troubles. On a finalement réussi à s'en sortir avec les conditions du lieu. Une trentaine de personnes sont présentes ce soir, ce qui suffit largement pour avoir l'impression d'une salle remplie, la cave du Black Hawk n'étant pas très grande. De part l'accumulation de stress, le concert est dès le début assez intense et le publique répond avec beaucoup d'enthousiasme.  God damn c'est gagné!!! Mais à quel prix...